fbpx
2019-04 Mort Nos parutions

Mort

Écrit par Web Mestre

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT CES NUMÉROS

(en cliquant sur les images)

Où est-elle, ô mort, ta victoire?

[Édito par James Langloisp. 2 du magazine]

Que dire à un ami lorsqu’on apprend qu’il a essayé de s’enlever la vie, à une collègue qui a perdu un proche ou à un couple qui divorce?

Devant la tragédie de la mort, qu’elle soit physique ou existentielle, nous sommes tous démunis: nous peinons à trouver un sens à ce qui, au premier regard, n’en a pas. Les belles formules ne servent à rien et les bons sentiments non plus.

Et pourtant, la mort est un grand passage de la vie, sinon le plus grand. Comme le dit l’adage, vivre, c’est apprendre à mourir: dès le début de notre existence, nous nous dirigeons vers son achèvement. Lorsque arrive une naissance, nous savons quoi dire, quoi faire, comment nous réjouir. Devant la mort, nous avons le sentiment d’être face à une erreur, une injustice, que ça ne devrait pas être ainsi. D’où le malaise sans doute.

Dans le documentaire québécois L’heureux naufrage, l’écrivain français Éric-Emmanuel Schmitt soulignait que nous étions dans la seule époque où, lorsqu’un enfant demande à son père quel est le sens de la vie, le père se tait.

Certains diront que «les religions» donnent des réponses aux questions qui nous semblent ne pas en avoir. Ce serait malhonnête de dire le contraire, mais même le plus beau des dogmes ne suffit pas toujours à consoler un cœur abattu. Le Dieu auquel croient les chrétiens ne s’est pas contenté de faire descendre une parole du Ciel pour éclairer le monde: «Il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort et à la mort de la croix.» À la vue de son ami décédé, Jésus a pleuré. Sur la croix, il a crié de douleur et de désespoir vers le Père.

Pour ceux qui l’aimaient et le suivaient, cette croix est apparue comme injuste, absurde, et avec raison. Mais c’est précisément en se livrant lui-même à la mort que Dieu, en son Fils, voulait vaincre toutes les morts qui nous accablent en nous faisant expérimenter la résurrection, dans cette vie comme dans l’autre.

Il ne s’agit plus de nous relever les manches pour passer à autre chose, de nous mettre un faux sourire au visage ou encore de trouver la bonne technique ou la bonne dose pour passer au travers. Il suffit d’invoquer le nom du Seigneur afin qu’il accroche sa croix à la nôtre et qu’il nous fasse passer de la mort à la vie.

Pour notre équipe, comme pour Catherine dont on peut lire le témoignage en page 4 de magazine, c’est notre foi et notre expérience. C’est ce que nous célèbrerons dans la fête de Pâques qui approche.

À propos de l'auteur

Web Mestre

Contenu choisi par notre webmestre.

Laisser un commentaire