fbpx
Blogue

Le «rebranding» du pape François

Écrit par Alexandre Dutil

Le «rebranding», c’est une stratégie commerciale qui consiste à changer le logo ou le nom d’une compagnie pour établir une nouvelle image. Le phénomène médiatique entourant le pape François pourrait-il nous faire croire à un «rebranding» de l’Église catholique? Est-on rendu à un point où un nouveau pape = une nouvelle Église?

 

D’une certaine manière, c’est ce qui est arrivé après l’élection du pape François. Pourtant, contre toute apparence, la doctrine de l’Église n’a pas changé. Ce qu’il dit n’est pas vraiment différent de ce que disait le pape Benoit XVI. J’ai même vu un site où était écrite une longue liste de citations qu’on aurait cru à première vue appartenir au pape François, pourtant elles étaient de Benoit XVI. Malgré tout cela, l’image de l’Église a changé. Je me demande pourquoi.

Je ne peux me résoudre à considérer l’élection du pape François comme un simple coup de marketing. L’Église n’est pas une compagnie; le but n’est pas de vendre un produit ou d’être compétitif sur le marché des religions. C’est quelque chose qui ne semble pas très bien compris. Vous avez sûrement déjà entendu quelqu’un dire: si l’Église changeait x, il y aurait plus de monde à la messe. Mais on oublie ici que fondamentalement la foi n’est pas un produit, mais une rencontre et que l’Église ne cherche pas des membres à tout prix, mais plutôt d’être témoin de la vérité.

De plus, l’Église ce n’est pas juste le pape. Oui, il est important, oui il est le chef visible de l’Église, mais ce n’est pas seulement lui l’Église. Je me demande alors pourquoi changer de pape change complètement l’image populaire de l’Église. Après tout, ce n’est qu’un catholique sur plus d’un milliard!

En fait, le pape François fait tout sauf du marketing. Il essaie d’être un simple chrétien et c’est ce qui fait son charisme. En se dépouillant, il touche les cœurs.
Cependant, plusieurs aimeraient bien qu’il entre dans ce jeu. C’est plus simple aujourd’hui de créer une image d’un héros glorieux, d’un grand réformateur plutôt que de rapporter ce qu’il est vraiment, à savoir quelqu’un qui cherche Dieu. J’en suis certain, le pape ne recherche pas à être populaire. Il n’essaie pas d’être une idole des médias ou même de changer l’image de l’Église. Il essaie simplement d’être lui-même. Un homme devant Dieu.

Ce témoignage change peut-être la manière dont est perçue l’Église, et c’est tant mieux, mais le but n’est pas de faire du marketing. S’il y a «rebranding», c’est seulement parce que les chrétiens s’approprient à leur manière le message du Christ à chaque époque. ◊

À propos de l'auteur

Alexandre Dutil

Étudiant à la maîtrise en théologie avec un intérêt particulier pour l’histoire de l’Église et la liturgie, Alexandre est membre du conseil de rédaction du Verbe. Il fait actuellement un stage comme agent de pastorale pour la paroisse St-Patrick à Québec.

Laisser un commentaire