2016-09 Vulnérabilité

L’antichambre du paradis

Aux confins de la ville de Montréal existe un lieu où les vivants vivent leur mort dans la sérénité et la dignité. Un lieu où ils sont accompagnés jusqu’aux portes du paradis. Un lieu où la beauté est omniprésente et où la nature fait sentir sa présence. Un lieu où les bénévoles et les professionnels de la santé sont comme des anges qui veillent sur ceux qui, tels des pèlerins, se préparent pour le dernier grand voyage. Un lieu dont l’âme est une religieuse au sourire éclatant qui aime la vie et son Créateur.

L’Oasis de paix, tel est le nom que porte ce lieu. Il s’agit du centre privé de soins palliatifs de 36 lits mis sur pied par les Sœurs de Charité Sainte-Marie, une communauté fondée en 1871 par mère Marie Louise Angélique Clarac. Situé tout près de la rivière des Prairies, dans le nord-est de la ville de Montréal, il est dirigé par sœur Pierre-Anne Mandato. C’est elle qui nous accueille au matin de son anniversaire de naissance.

Malgré l’heure matinale (il est 9 heures), l’entrevue débute tout juste après une réunion à laquelle participait sœur Mandato. Ses journées sont très occupées et son agenda bien rempli. Pas assez toutefois pour négliger la prière. «Malgré toutes nos activités, les sœurs se réunissent trois fois par jour pour prier. Tous les jeudis et les dimanches, nous avons une heure d’adoration. La prière, c’est notre force!» me confie-t-elle.

De la force, il en faut pour accomplir la mission que les sœurs se sont donnée. Accompagner des personnes en fin de vie et leur famille n’est pas une chose banale. La mort, elles la côtoient tous les jours. Pourtant, ici, la paix et le calme règnent. Même la mort prend son temps.

Mourir dans la sérénité

«Le but des soins palliatifs tels que nous les définissons est de permettre aux personnes d’avoir le temps de faire le deuil de leur vie. Ici, nous soulageons leurs douleurs, nous les entourons d’amour, de compassion, de compréhension. Les patients ne veulent plus mourir, même ceux qui avaient pensé se prévaloir de la loi concernant les soins de fin de vie. Cette loi, pour nous, n’est pas un problème, car lorsque les personnes arrivent ici, au bout d’un certain temps, ils disent: “Ici, nous sommes au pré-paradis.”»

On parle beaucoup de la dignité, mais très peu de la sérénité. Pour moi, la sérénité englobe la dignité. Si la personne peut partir dans l’autre monde sereinement, elle meurt dignement.

Le processus du deuil de sa propre vie est long et, souvent, difficile. «Lorsque les personnes en fin de vie font leur entrée à l’Oasis de paix, certaines sont dans un état de révolte. D’autres sont résignées, mais pas nécessairement dans un état d’acceptation. Passer de la révolte à la résignation, de la résignation à l’acceptation sereine prend du temps. On parle beaucoup de la dignité, mais très peu de la sérénité. Pour moi, la sérénité englobe la dignité. Si la personne peut partir dans l’autre monde sereinement, elle meurt dignement.»

Le temps permet également aux malades de vivre des réconciliations avec leur famille. L’inverse est aussi vrai. «Souvent, leurs proches veulent les remercier pour tout ce qu’ils ont apporté dans leur vie», souligne sœur Pierre-Anne.

Pas étonnant, donc, qu’à l’Oasis de paix les sœurs, les bénévoles et les professionnels de la santé soient les témoins de véritables petits miracles. «Le fils d’un homme qui est mort à l’Oasis de paix nous a confié que son père avait vécu ici les plus beaux moments de sa vie! L’autre jour, une dame m’a dit: “Moi, je vais rester ici pour toujours, comme l’ange qui est dans le jardin!” Une autre fois, c’est une dame qui me demande: “Est-ce que j’ai le droit de dire que je suis heureuse? Je suis en fin de vie, je le sais, mais ici, je suis heureuse!”»

Sœur Mandato me confie que Mgr Jean-Claude Turcotte, qui est décédé en ces lieux, ne tarissait pas d’éloges envers l’Oasis et son personnel. «Il voulait qu’on le surnomme Mgr Turcotte-Clarac!»

La souffrance zéro

Pour que le patient puisse atteindre la sérénité, tout est mis en œuvre, y compris le soulagement de la douleur. «Les gens ont peur de la souffrance et ils ont raison d’avoir peur! Ici, nous faisons tout pour que la personne souffre le moins possible. C’est la première chose que nous réalisons. Cela passe avant l’accompagnement. Nous sommes pour “la souffrance zéro”. Parfois nous réussissons, d’autres fois c’est plus difficile. Nous avons comme politique de soulager la personne tout en la gardant consciente afin qu’elle puisse communiquer avec sa famille.»

Si la souffrance physique est prise en compte par les professionnels de l’Oasis de paix, la souffrance psychologique est également une préoccupation constante. «Nous discutons avec les patients. Nous leur expliquons les étapes qui mènent à la mort. Nous leur assurons qu’ils ne souffriront pas. Personnellement, je leur confie une petite prière, que j’utilise moi-même: “Seigneur, viens chercher ta rose lorsqu’elle sera prête.” Un jour, un membre du personnel m’a dit que sa belle-mère est morte en disant: “Seigneur, viens chercher ta rose, car je suis prête!” Elle est morte en répétant cette phrase.»

Nous avons accompagné des juifs, des musulmans, des chrétiens. La chapelle dédiée à Mgr Turcotte est un lieu de recueillement pour ces personnes.

Bien que l’Oasis de paix soit d’inspiration chrétienne, tous sont les bienvenus. «Nous avons accompagné des juifs, des musulmans, des chrétiens. La chapelle dédiée à Mgr Turcotte est un lieu de recueillement pour ces personnes. Les pasteurs et les imans peuvent célébrer à leur manière.»

Les sœurs ne font pas de prosélytisme, elles accompagnent ceux et celles qui le veulent. «Leur rôle est d’être une présence évangélique. Ici, les sœurs ne sont pas infirmières, même si, professionnellement parlant, certaines le sont. Elles s’occupent de la pastorale. Elles ont comme rôle d’être une présence aimante auprès des malades et des familles. C’est un choix que nous avons fait il y a de cela quelques années.»

*

L’entrevue se termine quelques minutes après qu’un médecin eut rappelé à sœur Mandato qu’elle était attendue à une autre réunion… À l’Oasis de paix, la vie côtoie la mort. En fait, elle y a fait sa demeure. Pour le plus grand bonheur de ceux et celles qui veulent la vivre jusqu’au bout dans la sérénité et la joie.

________________

Pour aller plus loin:

Site de l’hôpital Marie-Clarac

Site de la communauté des Sœurs de Charité de Sainte-Marie

À propos de l'auteur

Yves Casgrain

Missionnaire dans l’âme, spécialiste de renom des sectes et de leurs effets, Yves aime entrer en dialogue avec les athées, les indifférents et ceux qui adhèrent à une foi différente de la sienne. Son credo : « Je crois à l’unité des chrétiens, que nous sommes responsables de nos frères et sœurs, que nous sommes tous appelés à construire le Royaume de Dieu sur la terre. Je crois qu’un sourire, un regard d’amour ou une oreille attentive nous transforment en Tabernacle vivant qui fait passer le Christ au plus profond du cœur de l’autre. » Son tout premier article professionnel a été publié dans L’Informateur catholique il y a plus de 25 ans.

Laisser un commentaire