Culture

Junkfood, peau brulée et bingo

15682849_654447294737335_1158838627_n

Un objet étrange et beau.

C’est ce qui résume mon avis sur le livre Oui, nous avons la TV française publié cette année par le photographe Jeffrey Déragon, chez Posthume.

On dit livre; on pourrait dire oeuvre d’art contemporain en forme de livre.

Collaborateur de la première heure du Verbe, Jeffrey est journaliste et photographe indépendant depuis sa sortie de l’UQÀM. Il signe ici un recueil de photos réalisées lors de ses visites de la communauté de Somerset by the Lake, en Floride.

Véritable incursion dans une de ces nombreuses enclaves québécoises en territoire floridien, cet album charme par son esthétique soignée, sa cohérence d’un couvert à l’autre et par son pouvoir de dépaysement.

L’exotisme

Étrange. Pas comme « c’est étrange ta nouvelle coupe de cheveux ». Mais plutôt comme exotique.15645463_654447278070670_123922875_n

On y découvre un univers « étrange et familier », pour reprendre l’oxymore de Roustang, fait de soleils aveuglants et de soirées bingo éclairées aux néons.

Au fil des pages, le lecteur est absorbé par un défilement de snowbirds, de junkfood, de lumières de Noël et d’épidermes cramés sur la plage déserte.

La beauté

La lumière est forte.  Elle dessine des ombres, nombreuses et nettes, dans cet album de Jeffrey Déragon. Et quand elle n’est pas naturelle, la lumière provient du flash qui dissèque les détails des visages, révèle l’abus de maquillage d’une dame, ou met en valeur les mains de papi sur mamie lors d’une valse.

Vous comprenez que la beauté montrée dans Oui, nous avons la TV française, c’est la misère culturelle de l’Amérique qui rencontre une upper middle-class québécoise du troisième âge en exil près des tropiques.

Un livre à découvrir. Un artiste à suivre de près.

___________________

Oui, nous avons la TV française, par Jeffrey Déragon. Éditions Posthuma, 2016, 82 pages.

À propos de l'auteur

Antoine Malenfant

Marié et père de famille, Antoine est diplômé en études internationales, en langues et en sociologie. À la tête de l’équipe de rédaction du Verbe depuis 2013 et directeur artistique de la publication, il anime chaque semaine, depuis septembre 2016, l’émission radiophonique On n’est pas du monde.

Laisser un commentaire