Blogue

Pourquoi vivre ensemble ?

Photo: Mike Erskine / Unsplash - CC.
Photo: Mike Erskine / Unsplash - CC.

Pourquoi vivre ensemble ? Voilà la question fondamentale du dernier livre de Rachida Azdouz : Le vivre ensemble n’est pas un rince-bouche, publié cette année au Québec par la maison d’édition Édito.

Régulièrement, nous nous posons les questions suivantes : « qu’est-ce que vivre ensemble ? » ou encore, « quelles sont les façons de vivre ensemble ? ».

Tout cela est important, tandis que la question principale nous échappe.  En fait, sommes-nous obligés de vivre ensemble ? Voilà qui nous pose un problème. Est-ce par choix ou par nécessité ? Rachida Azdouz invite à y réfléchir : « …que ce soit par l’intuition religieuse, par l’instinct de conservation, par le sens d’intérêt commun ou par idéalisme (aspirer à l’édification d’une humanité meilleure).  L’être humain est-il un être solitaire ou social ? »

Un questionnement… biblique

Dans son ouvrage, la psychologue touche de très près le propos central qui traverse toute l’Écriture sainte, à savoir : la révélation biblique présente l’être humain à la fois comme solitaire et social.

Selon l’auteure du livre Le vivre ensemble n’est pas rince-bouche, notre débat sociétal d’une part et notre débat identitaire d’autre part se portent plutôt mal parce que nous négligeons cette question fondamentale : pourquoi vivre ensemble ? Réflexion oblige, et c’est seulement en répondant à cette question que nous pouvons poursuivre notre questionnement : qu’est-ce que vivre ensemble et comment vivre ensemble ?

Si le débat sur le comment vivre ensemble tourne en rond, c’est qu’il se limite trop souvent à faire l’apologie d’un modèle et le procès de l’autre.

Rachida Azdouz avance que « … si le débat sur le comment vivre ensemble tourne en rond, c’est qu’il se limite trop souvent à faire l’apologie d’un modèle et le procès de l’autre, sans autre forme d’argumentation ».

En réfléchissant sur les raisons de vivre ensemble, Rachida Azdouz nous propose : « C’est accepter de perdre un peu de soi et acquérir un peu de l’autre, sans se perdre complètement et sans fusionner. Se frotter à l’altérité, c’est s’exposer en partie à l’altération, sans toutefois avoir peur de s’abimer ».

Problème d’un jour ou défi permanent 

En guise de provocation, Rachida Azdouz cite Anne Gavalda, auteure du grand succès Ensemble, c’est tout, œuvre moins poétique que celle de Saint-Exupéry, mais néanmoins efficace : « Ce qui empêche les gens de vivre ensemble c’est leur connerie, pas leur différence ».le vivre ensemble n'est pas un rince-bouche_2018_1.1.1

L’auteure sera présente au Festival de la Bible qui se tiendra les 14 et 15 septembre 2018, au Montmartre, ayant pour thème « Vivre ensemble : problème d’un jour ou défi permanent ? ».

Enfin, pour Rachida Azdouz, il est « impossible de réveiller quelqu’un qui fait semblant de dormir ». Ce livre risque bien d’écarquiller quelques yeux qui feignent d’être clos.

À propos de l'auteur

Édouard Shatov, a.a.

Edouard Shatov, jeune prêtre Augustin de l'Assomption, d'origine russe et issu d'une famille orthodoxe. Directeur du programme pastoral au Montmartre, à Québec.

Laisser un commentaire