Blogue

Les ordres

L'abbé Julien Malenfant (de dos), recevant l'accolade de son frère ainé et confrère, l'abbé Thomas.
L'abbé Julien Malenfant (de dos), recevant l'accolade de son frère ainé et confrère, l'abbé Thomas.

Permettez que je partage ici quelques souvenirs familiaux. Non pour exhiber les travers de mon frère Julien, déjà suffisamment manifestes pour quiconque connait un peu ce Malenfant, mais plutôt pour démontrer que, bien souvent, la matière première de la grâce est la faiblesse humaine. (Notez que le principal intéressé a donné son aval à la publication de ce texte.)

Toute sa vie, mon petit frère Julien s’est fait rappeler à l’ordre.

Né quelques années trop tôt pour être étiqueté TDA-H, il aurait été un parfait candidat aux pilules qui calment les impulsifs de son espèce. Il a plutôt dû se contenter des patientes corrections de notre-père-qui-est-sur-terre.

Que de soupirs entendus dans la fratrie! Que d’angoisses engendrées chez ceux qui l’ont engendré!

Un insoumis

Un exemple? Reculons d’une vingtaine d’années.

Le joueur de baseball de 9 ans qu’il était a tenté de voler le 3e but. Le lanceur commence sa motion, décoche une balle courbe, Julien quitte la deuxième base. Entretemps, le receveur atteint le joueur de 3e but avec un tir précis.

Julien est retiré.

Une affaire de quelques centièmes de secondes et il était sauf.

Il ramasse tout ce que sa petite main peut contenir de garnotte et de terre battue, puis garoche le tout en pleine face de l’arbitre.

Non satisfait de l’arbitre et fermement décidé à lui faire regretter sa décision, le jeune colérique pète une fuse, ramasse tout ce que sa petite main peut contenir de garnotte et de terre battue, puis garoche le tout en pleine face de l’arbitre.

Mes parents, spectateurs impuissants et honteux, étaient alors bien loin de s’imaginer que cette indomptable et imprévisible boule d’énergie, insensible aux ordres, entrerait un jour dans les ordres.

« Je vous préparerai une place… »

Le père Nicolat Buttet apparaissait récemment dans une vidéo où il parle du plan de Dieu pour chacun de nous. « Abraham était vieux, Jacob un menteur, Moïse bégayait… ».

Ajoutons à la liste : « Julien était un violent ». Et alors?

Dieu, vraisemblablement, dans son amour et sa magnanimité infinis, a choisi Julien pour servir et guider ses brebis. Il l’a choisi non pas malgré ce passé tumultueux, mais précisément à cause de cette histoire, de ce bagage qui témoigne fortement de sa miséricorde à son égard. Miséricorde dont il pourra sans doute témoigner à son tour comme pasteur.

Julien a été ordonné le 30 avril dernier par le cardinal Collins, archevêque de Toronto.

Après avoir été rappelé à l’ordre – charitablement – par tous ceux qui l’ont aimé durant 28 ans (professeurs, amis, parents, frères et sœurs en Jésus Christ, etc.), il a été appelé à l’ordre sacerdotal par sa Mère l’Église.

En quelque sorte, je me risque à dire qu’il s’est encore fait mettre à sa place.

Mais cette fois, en guise de réponse, il a simplement dit « Amen ».

À propos de l'auteur

Antoine Malenfant

Marié et père de famille, Antoine est diplômé en études internationales, en langues et en sociologie. À la tête de l’équipe de rédaction du Verbe depuis 2013 et directeur artistique de la publication, il anime chaque semaine, depuis septembre 2016, l’émission radiophonique On n’est pas du monde.

1 commentaire

Laisser un commentaire