Blogue

Les limites de la Révolution tranquille

Photo: Pixabay (StockSnap - CC)
Photo: Pixabay (StockSnap - CC)
Écrit par Francis Denis


Depuis son élection le 7 avril 2014, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a concentré ses efforts sur l’atteinte du déficit zéro. Certains y ont vu une décision responsable et nécessaire en vue de garder la bonne cote de crédit du Québec. D’autres, l’agenouillement du pouvoir politique devant le pouvoir financier. De mon côté, j’ai l’impression que nous sommes, dans les deux cas, dans une optique de politique partisane se refusant à regarder la réalité dans toute sa profondeur. En effet, il est impossible de comprendre la situation actuelle du Québec sans la remettre dans son contexte historique. 

Plusieurs commentateurs ont vu dans les manifestations étudiantes de ce printemps plus que le spectacle un peu loufoque présenté à nos yeux virtuels. Ce contexte plus large dont je parle fait référence aux changements sociaux drastiques que l’on a appelés la « Révolution tranquille ».

De fait, nous commençons à peine à mesurer des conséquences économiques et sociales dont la prévision aurait rangé n’importe quel analyste des années soixante au rang de « prophète de malheur ».

D’un système de santé qui roule à la vitesse de sa pesante bureaucratie à un système d’éducation où le décrochage des jeunes manifeste son incapacité à susciter leur intérêt, les myriades de problèmes semblent insolubles et le naufrage, inévitable. Des problèmes endémiques de cette ampleur me font douter des approches politiques ou fiscales qui ne font, en définitive, qu’effleurer la pointe de l’iceberg.

Des problèmes endémiques de cette ampleur me font douter des approches politiques ou fiscales qui ne font, en définitive, qu’effleurer la pointe de l’iceberg.

Au contraire, il faut remonter dans le temps pour trouver les « root causes ». Ainsi, la première étape d’une solution serait de porter un diagnostic en examinant les grandes aspirations et promesses de la Révolution tranquille; pourtant de moins en moins inspirantes à mesure que la dette publique augmente.

De l’Église à l’État

La Révolution tranquille est un phénomène complexe qui ne peut être résumé facilement sans tomber dans la caricature. Je me limiterai ici à l’un de ses aspects centraux, mais non moins reconnus: l’étatisation. D’un régime « clérical » où l’État était considéré inférieur à l’Église, le Québec s’est rapidement retrouvé dans la situation inverse.

Ce n’est pas un hasard si les ingénieurs sociaux, inspirés par le Refus global, allaient vouloir à tout prix remplacer les « bonnes œuvres » de l’Église spécialement en santé et en éducation. Pour recentrer la société québécoise vers l’État, il fallait discréditer l’Église, sa première concurrente en ces matières.

Contrairement aux fonctionnaires britanniques chargés d’appliquer le « Rapport Durham » (1), l’État québécois allait réussir, étape par étape, l’assimilation de cette immense responsabilité. Et, il allait boire le calice jusqu’à la lie en retirant le Québec de l’article 93 de la Constitution canadienne qui protégeait, jusqu’alors, les droits des parents catholiques et protestants en matière d’éducation.

Aujourd’hui, nous commençons à voir les couts économiques et sociaux d’une telle gourmandise. L’État, théoriquement gardien par excellence du Bien commun, était-il fidèle à sa mission en se laissant emporter par les promesses socialistes de la venue d’un « homme nouveau »?

Le prix de la vertu

Remplacer l’Église dans le soin des malades ou dans la noble tâche de la transmission du savoir présentait de nombreux défis. Un de ces défis était d’ordre économique. Comment financer un tel projet? Comment remplacer financièrement un régime dont l’expertise se payait à cout de prières? Tel était un défi auquel les décideurs politiques ont dû faire face.

Ce n’est qu’aujourd’hui que l’on est en mesure de percevoir le prix de la vertu c’est-à-dire le cout réel d’un système dont la structure « cléricale » ne fut pas réellement évacuée sinon par un détournement de sens.

On peut désormais constater que cette question n’a jamais vraiment été posée. On a préféré mettre sur la carte de crédit de l’État les conséquences de cette vision utopique selon laquelle une société peut, sans problèmes, échanger le don de soi par la consommation. Ce n’est qu’aujourd’hui que l’on est en mesure de percevoir le prix de la vertu c’est-à-dire le cout réel d’un système dont la structure « cléricale » ne fut pas réellement évacuée sinon par un détournement de sens.

Ces deux « vaches sacrées », que sont les systèmes étatiques de santé et d’éducation, pourront-elles vivre encore longtemps sur le dos de la force symbolique des grands mythes de la Révolution tranquille ?  Les réformes tant annoncées seront-elles capables de faire face à ce mirage idéologique ?

En d’autres termes, l’étatisme comme prolongement sécularisé d’un régime clérical est-il viable à long terme ? Je pose la question.

Loin de moi l’idée nietzschéenne d’un quelconque « éternel retour du même » ou, autrement dit, le souhait d’un retour en arrière. Il me semble cependant que la distance qui nous sépare des années soixante devrait nous permettre d’envisager plus d’options qu’un État calqué sur le fonctionnement de l’Église au siècle passé.

G.K. Chesterton, disait que « le monde est rempli de vertus chrétiennes devenues folles ». La structure de nos institutions publiques en est, selon moi, le meilleur exemple.

____________

Note :

(1) DURHAM, Lord. Rapport sur les affaires de l’Amérique du Nord britannique (1839), traduit et reproduit sous le titre Rapport Durham, Montréal, Les Éditions Sainte-Marie, 1969.

À propos de l'auteur

Francis Denis

Francis Denis détient un baccalauréat en philosophie et une maitrise en théologie de l’Université Laval. Il a également obtenu un baccalauréat en théologie de l'Université pontificale de la Sainte Croix à Rome. Il est actuellement journaliste et producteur à la Fondation catholique Sel et Lumière média et directeur de la production du bureau de Montréal.

1 commentaire

  • Mon cher Francis, merci pour cette réflexion. Je me permets toutefois de vous mettre en garde contre une analyse trop précipitée d’un phénomène qui, vous le reconnaissez vous-même, est très complexe. Une première remarque très spécifique: je crois que vous accordez trop d’importance au Refus global. Je ne crois pas en effet qu’il a été le moteur de l’ensemble du phénomène. ll s’y inscrit probablement mais il ne me semble pas avoir eu l’impact que vous lui accordez. C’est un manifeste qui ne concerne que l’art et qui voulait nous «ouvrir l’esprit à d’autre réalité de la création artistique que celle des peintres de cabanes à sucre ou des peintres académiques.
    Pour ce qui est du régime de santé et d’éducation, je ne crois pas que l’unique but ait été de sortir la religion des institutions publiques. Je crois plutôt que ce sont les religieux, dont le nombre commençait déjà à baisser qui, ont peu à peu fait défaut aux écoles et aux hôpitaux. Je crois plutôt que c’est la volonté de donner un accès à tous qui a créé le problème puisque notre cher Québec (comme le reste du Canada d’ailleurs) a choisi de procéder en nivelant par le bas.
    Lorsque l’Assurance-maladie est apparue, mon père me disait que pour lui, elle ne changeait rien. Plutôt que de payer une assurance privée à la Blue Cross, il a été forcé de contribuer au régime du Québec. Ce choix de société a fait que tous les citoyens avaient droit désormais à un régime d’assurance mais on aurait peut-être pu mettre sur pied un système mixte donnant droit à une assurance de base à tous et permettant à ceux qui pouvaient se le permettre de payer un supplément pour avoir une meilleure couverture. Mais non! Cela aurait voulu dire qu’on conservait des privilèges.
    Évidemment, la même chose s’est produite pour le système d’éducation. En pire. Il a fallu tout à coup que tous les enfants aient droit à une éducation mais pas question de garder les différents cours: classique, scientifique, commercial, et général. Trop élitiste. Comme on ne pouvait instaurer le cours classique pour tous, puisque tous n’en avaient pas la capacité intellectuelle, on a instauré un seul cours secondaire, le programme «cadre». Seulement, la nature humaine étant ce qu’elle est, il y avait encore des élèves doués et des moins doués. Alors on a tenté, par essais et erreurs (avec plus d’erreurs qu’autre chose), de faire des cours «enrichis», ou «forts», ou «avancés» avec le résultat que nous connaissons maintenant: plus personne ne sait écrire. À mon avis, la solution était de donner des bourses d’études aux étudiants doués provenant de familles à revenus modestes. C’est d’ailleurs ce que je préconise encore. Mais non! Pas question de reconnaître que certains sont plus brillants que d’autres! Nivellement par le bas!
    Je suis en train de terminer la lecture du livre d’Éric Zemmour, Le suicide français, et bien que notre dynamique sociale soit très différente de celle de la France, je reconnais beaucoup de points communs avec notre situation non pas tant lorsqu’il parle de l’immigration massive des nord-africains mais plutôt quand il parle de nivellement par le bas justement effectué par ces politiques socialisantes mal mises en œuvre.

Laisser un commentaire