Blogue

La Trinité, une histoire de famille

Icône: Andreï Roublev
Icône: Andreï Roublev

Voici les Veilleux; une famille d’intellos ayant Dieu pour sujet d’obstination préféré :

Popi : Théologien de tradition latine, spécialiste de saint Augustin.

Momi : Féministe soft, bibliste de formation.

Fiston : Écologiste intégral, charmé par la pensée chrétienne orientale.

Fillette : Tente de suivre sa famille, mais préfère tout de même jouer avec ses figurines.

* * *

Chacun lit autour de la table de la cuisine, alors que la petite joue au papa et à la maman. Popi relève la tête de son carnet de notes.

Popi : Ah! Si je finis par aboutir dans mon raisonnement sur le mystère de la Trinité…

Ça sent le débat d’idées… On se prépare. Fillette pose son bonhomme.

Popi : J’essaie de trouver une porte de sortie au problème du Filio que qui divise l’Orient et l’Occident chrétien!

Momi : Je crois que pour contenter les deux parties, il faudrait dire que l’Esprit Saint procède du Père par le Fils, plutôt que du Père et du Fils.

Fillette : Combien y’a de Bons Dieux dans le Ciel papa?

Popi : Un seul ma chérie… répète après moi : « Une substance en trois hypostases ».

Fiston : De fait, les Orientaux veulent maintenir, à raison, la primauté du Père dans l’ordre d’engendrement et de procession des Personnes divines.

Fillette : Cé quoi la « possession »?

Popi : La « procession » ma chérie : le fait de tenir son existence d’un autre que soi-même. Tout est relation en Dieu…

Momi : Par exemple, toi ma chérie, tu es notre « fille » parce que ton papa et moi sommes tes « parents ».

L’Esprit Saint comme Amour

Popi : Il me semble qu’Augustin n’arrive pas tout à fait à boucler la boucle lorsqu’il désigne le Père comme l’Aimant engendrant l’Aimé, c’est-à-dire le Fils, produisant ainsi l’Amour, qu’est l’Esprit Saint!

Fiston : C’est vrai qu’il y a un truc pas clair dans cette analogie : l’Esprit Saint peut-il être une Personne divine à part entière et en même temps la relation du Père et du Fils!?

Momi : Prend l’exemple d’un courant électrique: il y a un pôle émetteur et un pôle récepteur. L’un donne et l’autre reçoit. Le principe ternaire qui est produit, c’est le courant; en Dieu, ce courant est si puissant qu’il se personnifie en l’Esprit.

Fiston : Ok! Alors l’Esprit Saint c’est à la fois le principe ternaire et le troisième pôle de l’équation?

Popi : Heu… ouais.

Fiston : Alors ton circuit a sauté! Tout le monde sait que chaque Personne divine est déjà pleinement Dieu : Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, l’Esprit Saint est Dieu. Quand saint Jean dit que « Dieu est Amour », il désignerait donc une Personne en particulier, à savoir l’Esprit Saint, et non la Communion aimante des trois Personnes?

Dans un grand effort d’abstraction, Fillette manipule ses figurines sur la table.

Fillette : Le papa… il engendre le garçon. Le papa et le garçon… ils s’aiment. C’est ça?

Popi : C’est ça ma chérie.

Fillette : Alors… elle est où la maman?

Silence autour de la table.

Le féminin en Dieu

Papa se gratte la tête. Momi esquisse un sourire et saisit la balle au bond.

Momi : Tout de même rigolo de proclamer que Dieu est Père en tant qu’il engendre un Fils, sans considérer qu’il est également Mère et Épouse!! Tu sais, ma chérie, que dans la Bible, la Ruah (le Souffle de Dieu) est une réalité féminine?

Fiston : D’ailleurs, chez les chrétiens syriaques, dont la langue est restée assez proche de l’hébreu, l’Esprit de Dieu est féminin. Ils disent même « l’Esprit Sainte » !

Popi : Attendez, vous savez bien que le féminin est une réalité propre à la Création : cette grande matrice cosmique…

Fiston : Ben voyons! Alors l’homme est incréé et la femme est une création?! Tout est contenu dans l’unité divine, le masculin comme le féminin, sinon pourquoi la Genèse dirait que l’humain fut créé mâle et femelle à son image?!?

Momi : Sans oublier les attributs divins bibliques liés à la féminité : la Tendresse, la Miséricorde étymologiquement liée à la matrice, aux entrailles de la mère, etc.

Fillette : Alors l’Esprit Saint… c’est la maman de Dieu?

Nouveau silence. Cette fois, papa se gratte le menton. Puis, il désigne l’icône de la Trinité de Roublev accrochée au mur de la cuisine.

Popi : Vous voyiez des hommes et des femmes, vous, autour de la table d’Abraham?! Il n’y a que trois anges asexués. Les Personnes divines, ça n’a pas de sexe!!

Momi : C’est là que la distinction entre sexe et genre pourrait être intéressante.

L’icône de la Sainte famille

La petite se lève et va chercher dans sa chambre une petite icône de la Sainte Famille. On y voit Joseph tenant, avec Marie, l’Enfant Jésus dans une étreinte empreinte de tendresse.

Fillette : Pou’quoi on dit que la famille est image de la Sainte Trinité?

Momi : Regardez leur tête inclinée les unes « vers » les autres et leurs mains posées les unes « dans » les autres. On pourrait y voir à la fois « la déférence entre les personnes » et « leur unité substantielle ».

Fiston : Par rapport au Filio que, on pose la question de la participation de la 2e Personne dans la procession de la 3e, à partir de la 1ere… mais il n’y a en Dieu qu’un ordre logique, non chronologique, puisqu’il n’y a pas de temps en Dieu et qu’elles sont tous coéternelles. Donc, la question serait plutôt : en quoi la 3e est nécessaire à l’engendrement de la 2e, à partir de la 1ere!

Popi : Hum! On se rapproche de la circuminsession

Filette : C’é quoi l’« incession »?

Popi : La symétrie parfaite entre chaque dyade, comme les arrêtes reliant les sommets d’un triangle équilatéral!

Momi : L’Esprit Sainte serait d’une certaine manière la Matrice accueillant le don du Père, permettant la distinction au sein même de la relation avec le Fils engendré.

Fiston : Donc… si Dieu est Amour, il faut qu’il le soit de manière particulière pour chaque personne dans sa relation propre avec chacune. Si entre le Père et le Fils, Dieu est paternel en un sens, et filial en l’autre; l’Esprit ‘’Sainte’’ est spontial envers le Père et maternelle envers le Fils.

On réfléchit.

Momi : Pour reprendre saint Jean, on peut dire que l’amour d’un foyer s’incarne principalement en la personne de la mère. On dit d’ailleurs que Dieu aime d’un cœur de maman.

Popi : Donc Augustin n’aurait pas si tort de référer l’Amour particulièrement en l’Esprit Saint…

Et la suite?

Fiston : Une manière de renverser le problème du « Filio que », ce serait donc l’advenir de la maternité de l’Esprit Saint dans l’engendrement du Fils?

Momi : … Mais comment on intègre l’humanité du Fils et la maternité de Marie dans tout ça?

Popi : Bon, une autre fois peut-être…

La petite regarde ses poupées et conclut…

Fillette : Alors… tout le monde y s’aime, papa?

Popi : C’est ça ma chérie…

À suivre…

 

[Pour écouter la chronique radiophonique de Sébastien Gendron sur la Trinité, cliquez ici et accédez aux contenus de notre émission hebdomadaire On n’est pas du monde.]

À propos de l'auteur

Sébastien Gendron

Avant de devenir maître en théologie, Sébastien Gendron s'est formé en arts et en communication. Depuis, c'est le mystère de la divinisation qu'il tente de restituer dans la théologie occidentale à travers ses conférences et ses divers engagements.

Laisser un commentaire