Blogue

Jésus Christ est-il vraiment ressuscité? [1/2]

L'incrédulité de Saint Thomas, par Le Caravage (vers 1603)
L'incrédulité de Saint Thomas, par Le Caravage (vers 1603)
Écrit par Web Mestre

Le Verbe, en cette semaine de Pâques, publie deux entretiens avec Simon-Pierre Lessard sur la résurrection du Christ. Voici la première partie de cet échange autour d’un évènement au retentissement historique sans précédent.

Le Verbe : Chaque année, lorsque la fête de Pâques revient, les mêmes interrogations remontent à notre esprit. Pâques, pour les chrétiens, c’est la fête de la résurrection de Jésus Christ. Mais voilà que cette résurrection est avant tout proclamée par les croyants comme un fait historique, à la manière d’une grande victoire militaire ou une grande découverte scientifique, par exemple.

Simon-Pierre Lessard : Tout à fait. L’apôtre Paul martelait d’ailleurs que : « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est sans valeur! » Pourquoi? Parce que ce fait historique vient en quelque sorte authentifier la vérité du message chrétien. Il est la preuve que ce que Jésus avait dit venait de Dieu et non d’un simple homme.

Le Verbe : Mais alors la question se pose avec force : Jésus Christ est-il vraiment ressuscité? Ne serions-nous pas devant le plus grand complot de tous les temps? Faut-il croire sans preuve que cela est arrivé ainsi?

SPL : Non, il ne faut pas croire sans preuve. La crédulité naïve, tout comme l’incrédulité sceptique, est indigne de notre intelligence. Ne pas croire ce qui est digne de foi est tout aussi déraisonnable que croire ce qui ne l’est pas.

Contrairement à l’opinion répandue de nos jours, la foi ne consiste pas à croire sans raison.

La foi serait irrationnelle si elle n’était pas fondée sur des motifs de crédibilité qui montrent que l’assentiment de la foi n’est nullement un mouvement aveugle de l’esprit. Mais la foi est au contraire l’attitude la plus rationnelle lorsque la raison lui montre des motifs incontestables de crédibilité.

Le Verbe : Mais la résurrection peut-elle être étudiée scientifiquement avec des preuves?

SPL : Si par « scientifique » on pense à des microscopes et des éprouvettes, alors non. Mais la science ce n’est pas les laboratoires, la science c’est avant tout la réflexion logique, critique et argumentée.

L’histoire est une science avec sa propre méthode qui permet d’arriver à des certitudes. On peut prouver que Jules César, la victoire de Lépante ou les massacres nazis ont vraiment existé, même si on ne les voit pas. Un historien qui refuserait de croire à la mort héroïque de Socrate par exemple, serait indigne de sa propre méthode scientifique.

Les témoins et documents qui nous rapportent la résurrection du Christ sont bien plus nombreux que ceux concernant la mort de Socrate.

Or, les témoins et documents qui nous rapportent la résurrection de Jésus Christ sont bien plus nombreux que ceux témoignant de la mort de Socrate. Et pourtant, on admet le premier fait avec la même facilité que l’on rejette le second. L’historien sérieux ne doit rien rejeter ni accepter à priori. Mais face à des personnes ou des documents qui nous rapportent des évènements, l’historien doit toujours se demander s’ils sont crédibles ou pas, s’ils sont dignes de foi.

Le Verbe : Mais qu’est-ce qui nous dit, justement, que les disciples ne sont pas des manipulateurs? Comment savoir si leurs écrits – rapportant la résurrection de Jésus – sont un ramassis de mensonges pour convaincre des foules ignorantes et naïves ou pas?

SPL : C’est une excellente question. Avant de croire quelqu’un, en effet, il faut s’assurer que cette personne ne veut et ne peut pas nous mentir.

La première chose à se demander dans le cas qui nous intéresse est à quoi ressembleraient des femmes et des hommes déterminés à mentir… et à mentir sur Dieu!? Il s’agirait probablement de femmes et d’hommes qui n’ont pas peur de Dieu pour mentir ainsi sur lui. Pour mentir à ce point sur Dieu, de faux témoins devraient pratiquement être athées. Mais voilà, l’athéisme est une attitude somme toute inexistante pour des Juifs de l’Antiquité.

Ces prétendus manipulateurs devraient aussi être absolument sans scrupules moraux pour induire ainsi en erreur des foules entières.  Pourtant, dans le cas des disciples du Christ, leur vie morale est généralement reconnue, même par les incroyants et leurs adversaires, comme exemplaire. Les persécuteurs des apôtres ne les ont pas accusés sur leurs mœurs, mais sur leur prédication. Ils auraient ainsi pratiqué toutes les plus grandes vertus, mais auraient passé leur vie à mentir?

Notre expérience nous montre que les charlatans et manipulateurs cachent généralement d’autres vices pires encore. Mais les apôtres ont donné la doctrine morale la plus sainte et l’exemple de vie le plus édifiant de l’histoire, mais auraient basé tout cela sur un mensonge? Quelle schizophrénie!

Le Verbe : Mais n’ont-ils pas tout de même enseigné une nouvelle religion aux idées révolutionnaires propres à séduire une foule désabusée?

SPL : Il est vrai que le christianisme est révolutionnaire en un sens et qu’il répond au désir insatisfait des hommes. Toutefois, il est révolutionnaire en ce qu’il propose la croix comme chemin de bonheur. Quant au désir, le christianisme affirme que Dieu seul peut combler le désir infini des hommes. Du coup, il est l’inverse d’un hédonisme facile, car il détourne de tous les plaisirs mondains de ce monde pour recentrer la vie uniquement sur la relation à Dieu.

Loin d’être séduisant comme vous dites, le christianisme était très repoussant pour les hommes de l’époque. N’oublions pas que les apôtres ont prêché à des Juifs qu’ils avaient assassiné leur propre Messie. C’est là les accuser de l’un des plus grands crimes possibles! Ils proposent aussi de suivre le plus haut idéal moral qui existe, celui d’aimer son prochain comme soi-même, de pratiquer l’humilité et la chasteté, et même d’aimer ses ennemis jusqu’à mourir pour eux! Ce n’est certainement pas là une morale populaire.

Enfin, ils ont prêché à des Grecs une doctrine pleine d’idées étranges comme l’incarnation de Dieu, la Trinité d’un Dieu pourtant unique et même une présence réelle de ce Dieu dans ce qui semble n’être qu’un bout de pain! N’importe qui pourrait imaginer une religion plus facile à croire et moins exigeante à pratiquer.

Le Verbe : Donc, si les apôtres avaient été des manipulateurs, ils n’auraient pas été très habiles!?

SPL : Pas très habiles… je dirais même totalement incompétents! Pensez-y… si l’on veut induire en erreur toute une population – voire même le monde entier – on ne propose pas une doctrine absolument contraire et répugnante aux idées et modes de vie de nos auditeurs. On cherche, au contraire, à leur plaire, à les conforter dans leurs mauvaises habitudes.

Quel manque de stratégie aussi! Le premier soin d’un imposteur n’est-il pas de faire perdre la trace de sa fraude? Les faits qu’il invente, il les place soit dans un temps ou une région éloignée afin que nul ne puisse le contredire. Or, les apôtres ont fait exactement l’inverse. Ils ont enseigné avoir vu le Christ ressuscité à de nombreuses reprises au cœur de Jérusalem à des hommes qui vivaient en ces mêmes temps et lieux. Ils ont aussi prétendu avoir accompli des miracles devant des foules entières en plein centre-ville.

Le plus étonnant est que, comme pour Jésus, leurs ennemis ne niaient pas ces miracles, puisque tout Jérusalem pouvait les voir, mais ils se contentaient d’affirmer qu’ils accomplissaient leurs miracles éclatants par la puissance des démons.

Le Verbe : Même si l’on admet que c’est très peu probable qu’ils aient été des imposteurs, n’est-ce pas tout de même possible?

SPL : Qu’un homme arrive à monter une fausse histoire, c’est possible. Mais est-ce possible que des dizaines de femmes et d’hommes se mettent d’accord pour mentir ainsi jusqu’à leur mort, sans qu’aucun jamais ne se soit rétracté, sans que jamais le témoignage d’un seul ne contredise celui d’un autre? Cela il me semble serait la théorie du complot poussée à son paroxysme!

Si nous sommes le plus souvent enclins à rejeter les théories du complot, encore très à la mode aujourd’hui, c’est justement parce que notre raison nous dit que de tels complots dépassent les limites du crédible. Il ne faudrait pas diminuer notre rigueur intellectuelle lorsqu’il est question des débuts du christianisme.

Le Verbe : Ne pouvons-nous pas à tout le moins dire que le pouvoir et les honneurs que les apôtres ont retirés comme leadeurs de cette nouvelle doctrine auraient pu les inciter à inventer cette histoire de résurrection?

SPL : Vous avez raison de réfléchir à cela car, de fait, lorsque l’on ment, c’est toujours pour en tirer un avantage : popularité, richesses, plaisirs, etc.

Néanmoins, ne l’oublions pas, l’Église naissante dirigée par les apôtres n’était pas une grande institution internationale, mais le rassemblement de quelques petites communautés assez pauvres. Il y avait donc là un pouvoir insignifiant à acquérir en comparaison du pouvoir que pouvaient avoir les dirigeants juifs ou romains de l’époque.

Les apôtres auraient tous persévéré dans leurs mensonges même face aux pires tortures et à la mort elle-même?

Quant aux honneurs, il faut bien voir que par leur prétendu mensonge, les disciples savaient qu’ils ne s’attireraient que calomnies, persécutions et condamnations à mort. Les douze apôtres ont tous vécu chastement et pauvrement en plus de finir martyrisés. Non seulement ils auraient menti de concert, mais ils auraient tous persévéré dans leurs mensonges même face aux pires tortures et à la mort elle-même. Même des hommes honnêtes finissent par avouer des crimes qu’ils n’ont pas commis lorsqu’on les torture. Mais eux auraient persévéré dans leur tromperie sans qu’aucun ne flanche? Pourtant, s’ils avouaient leur mensonge, on leur aurait laissé la vie sauve, en plus de les couvrir de richesses et d’honneurs.

Mais encore une fois, aucun n’a dénoncé le complot criminel. Ils auraient été des monstres de manipulations, mais des héros de fidélité dans leur complot? Passons sous silence que, selon leurs propres enseignements, leurs terribles tromperies les destinaient après leur mort à ne pas entrer dans le paradis qu’ils annonçaient.

Le Verbe : Mais ils n’y croyaient pas au paradis s’ils mentaient, justement!

SPL : Très bien. Donc ils ont accepté de vivre un enfer sur terre, sachant très bien qu’ils n’obtiendraient rien en retour après leur mort? Quels mauvais hommes d’affaires! Nous serions alors obligés de tomber dans l’hypothèse qu’ils seraient les plus fous de tous les hommes. Alors, ils seraient aussi les fous les plus saints et les plus sages que la terre n’ait jamais vu!

Le Verbe : À vous écouter, on dirait qu’affirmer la résurrection est plus rationnel que la nier. Pourquoi alors les femmes et les hommes de notre temps ont-ils tant de difficulté à y croire?

SPL : Vous posez là la question la plus fondamentale. On peut en effet multiplier les arguments, les objections et leurs réponses, mais là n’est pas le véritable enjeu. La véritable question c’est pourquoi nous ne voudrions pas que le Christ soit ressuscité?

Le Verbe : Pourquoi alors?

SPL : Parce qu’avant de montrer que le christianisme est vrai, il convient de montrer qu’il est bon. Le pape Pie XII l’avait sagement remarqué :

« Les hommes se persuadent facilement de la fausseté ou du moins de l’incertitude des choses dont ils ne voudraient pas qu’elles soient vraies. »

C’est tout le contraire que le Christ ressuscité nous annonce : Dieu est un père qui nous pardonne et qui nous aime infiniment.

Notre incroyance ne s’appuie-t-elle pas elle-même sur une autre croyance? La croyance infondée que si tout cela était vrai, alors nous serions condamnés à perdre notre liberté, condamnés à être malheureux, condamnés à faire face à un Dieu qui nous jugerait sévèrement? C’est pourtant tout le contraire que le Christ ressuscité nous annonce : Dieu est un père, un père qui nous pardonne et qui nous aime infiniment.

La résurrection n’est pas qu’un fait historique. La résurrection est surtout une bonne nouvelle dont la vérité nous rend enfin libres et heureux!

*

[NDLR La suite de cet entretien est disponible en cliquant ici.]

 

À propos de l'auteur

Web Mestre

Contenu choisi par notre webmestre.

Laisser un commentaire