Blogue

Cherchez la femme

Image: The Tempest (Miranda) - John William Waterhouse, 1916
Image: The Tempest (Miranda) - John William Waterhouse, 1916

La femme qui verse du parfum sur la tête de Jésus dans l’Évangile de Marc, qui est-elle?  Le disciple bien-aimé de Jésus, si ce n’est pas Jean, qui est-ce?  Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus?  Et, comment  expliquer que la riche Romaine Lydie se convertisse au christianisme et soutienne par tous les moyens la nouvelle communauté des disciples du Christ de la ville de Philippes?marchandepourpre

Si vous croyez que toutes ces questions ne sont pas reliées et que tous ces personnages du Nouveau Testament n’ont aucune relation entre eux, vous vous trompez outrageusement! Ces questionnements et ces personnages, et plus encore, apparaissent dans les deux nouveaux romans de Guy Bonneau,  La femme au parfum et La Marchande de pourpre.

J’avoue me méfier habituellement des romans qui puisent dans les sujets bibliques ; mais là, je suis plus qu’agréablement surpris.  Et ces deux livres sont littéralement pleins de surprises.  Dans les livres de Guy Bonneau, rien de farfelu, tout est basé sur les textes du Nouveau Testament.  Aucune erreur, mais en même temps l’auteur tisse l’intrigue à partir de faits bien connus de tous, mais placés de telle manière que l’histoire de Jésus prend un relief nouveau et inattendu.

Il traite avec élégance et respect du mystère le lien délicat entre les deux natures de Jésus : divine et humaine.

Dans ces deux livres dont je viens de vous parler, il s’agit en fait de la même femme.  Cette femme a écrit à saint Paul au moment de son emprisonnement à Rome.

Pour dissiper toute peur des croyants, il faut noter que Guy Bonneau est professeur de la Bible et des sciences religieuses à la Faculté de théologie de l’Université Laval.  Il traite avec élégance et respect du mystère le lien délicat entre les deux natures de Jésus : divine et humaine.  J’ai rarement lu une description si nuancée de la divinité et de l’humanité de Jésus.  Avec audace et imagination, il donne, à partir des textes évangéliques, un nom à cette femme : Suzanne.  Il en fait l’épouse de Judas qui est, en fait, le disciple bien-aimé.

Guy_Bonneau_La femme au parfum_2017 2Dans ces deux œuvres, on apprécie la poésie et les réflexions théologiques et philosophiques.  Une des phrases qui m’a beaucoup frappé, dois-je le dire, en plein cœur, c’est cette phrase qui demeure, après ma conversation avec Monsieur Bonneau, un mystère pour l’auteur lui-même : ‘’L’homme est silence de Dieu’’.  Ce sont les paroles que Jésus prononce avant de tomber dans un profond sommeil lors de la tempête apaisée.

Ces livres sont d’une actualité frappante.  Ils mettent en relief la recherche spirituelle et philosophique de nos contemporains, en faisant des parallèles avec les recherches du plaisir des épicuriens, de maîtrise de soi par les stoïciens, ou la plénitude de l’amour et la vérité entière de notre vie par la communauté chrétienne.  Suzanne-Lydie nous livre une parole qui nous lance un défi : «J’avais besoin d’un maître. Mais qui choisir pour guide dans la vie. Comment peut-on trouver ou retrouver le chemin, la vérité et la vie?»

Bonne lecture et, j’en suis sûr, vous ne regretterez pas le chemin parcouru.

*

La femme au parfum, Guy Bonneau, Éditions Fides, 2016, 352 pages.

La marchande de Pourpre, Guy Bonneau, Éditions Fides, 2017, 344 pages.

 

 

À propos de l'auteur

Édouard Shatov, a.a.

Edouard Shatov, jeune prêtre Augustin de l'Assomption, d'origine russe et issu d'une famille orthodoxe. Directeur du programme pastoral au Montmartre, à Québec.

Laisser un commentaire